A la découverte des Grandes Canalettes : le réseau Fuilla-Canalettes

Le réseau de Fuilla-Canalettes est une des grottes phare des Pyrénées Orientales.

De part son envergure, ses cristaux d’exceptions, ses 27 kilomètres de galerie, ses grands volumes souterrains, ses splendides paysages, la Grotte des Canalettes est connue dans la France entière. Située à Villefranche de Conflent, il est possible pour le grand public de visiter l’entrée du réseau par la Grotte aménagée des Grandes Canalettes (accessible à tous). Si vous souhaitez partir pour une grande aventure au coeur du système souterrain des Canalettes, vous pouvez contacter un professionnel de la spéléologie.

Géographie du réseau Fuilla-Canalettes

Le réseau Fuilla-Canalette se développe dans le petit Massif de Badabany, connu pour sa carrière de « marbre rose de Villefranche ». Vous pouvez admirez les trottoirs en marbre rose de la ville fortifiée de Villefranche de Conflent ou le voir a l’état brut, sous terre, dans le réseau de Fuilla-Canalettes.

Avec ses 27 kilomètres de galeries et ses 5 entrées, le réseau Fuilla-Canalettes est un véritable labyrinthe géant et fait du massif de Badabany un beau gruyère de marbre rose.



Villefranche de Conflent et le massif de Badabany depuis le fort Libéria
Villefranche de Conflent et le massif de Badabany depuis le fort Libéria


Création du réseau Fuilla-Canalettes

Le calcaire dans lequel se développe la montagne de Badabany date du Dévonien (400MA). La surrection de la chaîne Hercynienne puis des Pyrénées fracture le calcaire (300MA et 40MA). L’eau s’infiltre à travers ces fractures et le creusement du réseau se met en place. La crise mycénienne (abaissement du niveau de la Méditerranée il y à 5MA) accélère l’incision de la Vallée de la Têt, du Cady et de la Rotja, les rivières de ces vallées creusent activement le réseau à cette époque, en traversant la montagne de Badabany de part en part.



La géode, un des trésor caché de la grotte des Canalettes
La géode, un des trésor caché de la grotte des Canalettes

Historique du Réseau Fuilla-Canalettes

La Grotte de Fuilla est connue de très longue date et est fréquentée de l'Homme depuis le Paléolithique. En effet, des vestiges de la présence de l'Homo Sapiens (outils de chasse), acte sa présence depuis 10.000 ans.

La grotte des Canalettes est en revanche très récente. Elle a été découverte en 1951, lors de la construction du canal de Bohère. Après quelques années d’exploration par les groupes de spéléologues locaux (dont le principal explorateur et propriétaire, Edmond DELONCA), le propriétaire de la grotte inaugure un itinéraire touristique en 1955 sur 160m, dont aujourd’hui encore nous pouvons apprécier les vestiges des escaliers et des rambardes. Les explorations continuent et cette même année, les spéléologues trouvent enfin la jonction entre la grotte de Fuilla et la grotte des Canalettes, donnant ainsi le nom au réseau « Fuilla-Canalettes ». Mais ce n’est que bien plus tardivement, en 1984 que la grotte des Grandes Canalettes (actuelle grotte aménagée) est découverte puis ouverte au public. L’aménagement permet aux visiteurs de découvrir 500m de galeries jusqu’au Temple d’Angkor et d’admirer des concrétions d’exception, comme le « tombeau de Martel », une colonne de calcite datée à 350.000 ans.



Les bouquets d'Aragonites, des cristaux protégés au sein des Canalettes
Les bouquets d'Aragonites, des cristaux protégés au sein des Canalettes


Le réseau Fuilla-Canalettes

Les Galeries du réseau Fuilla-Canalettes s’organisent principalement en deux étages : le réseau supérieur des Canalettes et le réseau inférieur de Fuilla-Canalettes. Ces réseaux sont reliés entre eux à plusieurs endroits, notamment au niveau du Temple d’Angkor (Grande Canalettes) et au niveau du Puits des Echelles (Canalettes). Une fois dans ce système, à vous le défilé de grandes galeries et les paysages de cristaux incroyables et d’une blancheur pure comme la Galerie Blanche, la Galerie des Macaronis et ses séries de fistuleuses, la Salle de la Momie avec sa coulée stalagmitique blanche étincelante contrastant avec les parois rouges-ocre, les incroyables draperies blanches du Grand Canyon, les plafonds de bouquets de cristaux d’aragonites dans la Galerie des Aragonites, la Salle d’Amour et sa colonne de calcite formant une « tour de Pise », la forêt de stalactites blanches de la Galerie du Serpent. Outre cette blancheur pure, de nombreux trésors se cachent dans ce réseau d’exception comme des perles des cavernes, un serpent pétrifié, une géode mais aussi des laminoirs magnifiquement sculptés par l’érosion et une rivière souterraine. Une chose est sûre : il vous faudra plusieurs jours pour visiter intégralement le réseau de Fuilla-Canalettes.



Paysage souterrain des Canalettes : La Salle d'Amour
Paysage souterrain des Canalettes : La Salle d'Amour